Branches, spécialités, contenu des enseignements, débouchés, admission, niveau d’études, option recherches ou pro…

La science du droit s’évertuent en des théories, des pratiques, ou des normes qui règlementent ou régulent la vie en société.

Classiquement, au-delà des disciplines dites mixtes, la science juridique se reconnait dans la summa division droit privé-droit public au plan académique. En dehors de l’espace universitaire, on ne peut rencontrer que rarement une application exclusive du droit privé ou du droit public. Les deux se complètent et interviennent dans la réglementation de la vie sociale.

 Le droit privé

Le droit privé régit essentiellement les rapports entre particuliers, personnes physiques ou personnes morales (par exemple : les sociétés commerciales).

Il comporte plusieurs disciplines tel le droit des sociétés commerciales, le droit des contrats, le droit bancaire et le droit des personnes et de la famille.

Aujourd’hui, le droit privé est en pleine expansion. Non seulement il intervient dans les relations entre particuliers, il s’étend parfois au domaine qui réunit les particuliers et les personnes publiques. On a l’impression qu’actuellement, l’État ne peut gérer exclusivement certains domaines que ceux qui se rapportent à la diplomatie, la sécurité et l’administration publique. Même à ce niveau, le droit privé s’applique résiduellement.

Spécialisations : toutes les disciplines du droit privé peuvent faire l’objet d’une spécialisation. Cette dernière peut avoir deux sens. Soit on se spécialise en basant ses activités de recherches sur un domaine précis (mémoires, articles). Soit on se spécialise en s’inscrivant dans une formation spécialement ouverte dans un domaine. Par exemple, un master en droit bancaire offre à celui qui achève cette formation le titre d’expert ou de spécialiste car de par le contenu des enseignements, il doit maitriser les contours de la matière.

Globalement, le droit privé offre une spécialisation en droit judiciaire privé ou en droit des affaires.

Débouchés : le droit privé offre des débouchés dans les domaines suivants :

  • fonction judiciaire (magistrat, greffier, avocat d’État, …),
  • aux fonctions libérales (avocat, notaire, consultant),
  • aux fonctions suivantes dans une entreprise : directeur, gérant, conseiller,…

Perspectives : Parmi les domaines de droit privé, le droit des investissements étrangers et droit des finances islamiques paraissent des champs d’études vivement exploitables.

Le droit public

Le droit public détermine et règlemente les rapports entre pouvoirs publics et leurs rapports avec les citoyens.

Il est composé de plusieurs disciplines comme le droit administratif, le droit des finances publiques, le droit de l’urbanisme et le droit constitutionnel.

Aujourd’hui, le droit public connait certes une restriction dans son domaine d’application mais il n’en demeure pas moins qu’il comporte des perspectives intéressantes en ce qui concerne le droit administratif par exemple.

Spécialisations : toutes les disciplines du droit public peuvent faire l’objet d’une spécialisation. Cette dernière peut avoir deux sens. Soit on se spécialise en basant ses activités de recherches sur un domaine précis (mémoires, articles, rapports, …). Soit on se spécialise en s’inscrivant dans une formation spécialement ouverte dans un domaine. Par exemple, un master en des collectivités locales offre à celui qui achève cette formation le titre d’expert ou de spécialiste car de par le contenu des enseignements, il doit maitriser les contours de la matière.

Globalement, le droit public offre une spécialisation au plan interne (droit administratif classique, droit des collectivités locales,..) et au plan international (droit international public, …)

Débouchés : les formations en droit public peuvent déboucher sur les fonctions suivantes :

  • administrateur de la fonction publique (ministères, directions, agences publiques, sociétés publiques, …),
  • administrateur des collectivités locales (gouvernorat, preféctorat,…)

Perspectives : Pour les pays africains comme le Tchad, il est fort intéressant de développer le droit des collectivités locales. Cette formation accompagne l’élan de décentralisation développée par nos États ces dernières années. De même, aujourd’hui, le droit international conventionnel qui régit les rapports entre États en ce qui concerne surtout les conventions bilatérales mérite une attention particulière.

Les disciplines dites mixtes

Ce sont les disciplines qui sont à la frontière du droit public et du droit privé. Elles peuvent avoir une base dans l’une de deux branches mais peuvent avoir des élans dans l’une ou l’autre branche que la branche de base.

On peut citer par exemple le droit pénal, le droit de l’environnement, le droit international humanitaire,…

Le droit pénal renvoie globalement à la définition des infractions et des peines.

Les spécialistes en droit pénal peuvent occuper des fonctions de magistrat ou d’avocat après avoir subi, selon les pays, de concours appropriés.

Le droit de l’environnement est l’ensemble des normes qui visent à protéger l’environnement. Ces normes peuvent êtres du droit national et de plus en plus du droit international et peuvent avoir un caractère contraignant ou simplement dissuasif.

Les spécialistes en droit de l’environnement peuvent intégrer les ministères, les ONG et les entreprises.

Un bon nombre d'étudiants tchadiens s'orientent vers le Sénégal pour étudier le droit. Les universités sénégalaises proposant cette formation sont nombreuses et se trouvent dans plusieurs villes différentes.

Exemple de l’Université Gaston Berger

 

Le contenu de cet article a été rédigé grâce à la précieuse collaboration de notre compatriote Atteib Mahamat.

ob